Foire aux questions – Vers un nouveau rêve compagnons

Vous faites ça tous seuls dans votre coin ?

C’est l’aboutissement de plusieurs années de travail de l’équipe nationale compagnon, en lien bien sûr avec les compagnons et les accompagnateurs et accompagnatrices compagnons. C’est la suite des nombreuses paroles compagnons, des expressions des compagnons. Il y aura plusieurs consultations des compagnons bien sûr, et ils et elles sont étroitement associées à la mise en œuvre du processus. Il est possible pour toute personne qui souhaite s’impliquer de participer aux travaux : il suffit d’écrire à compagnons@sgdf.fr.

Tout ça, c’est pour interdire de prendre l’avion ?

Il n’est pas dans les habitudes du mouvement d’interdire quoi que ce soit, mais bien de permettre de faire des choix, en conscience. Le sujet de l’avion et de l’empreinte carbone est un sujet récurrent du mouvement. Réduire la question de la proposition pédagogique compagnon au trajet en avion, c’est typiquement la mauvaise façon d’aborder le sujet. Par ailleurs, il est évident que l’éducation à l’international doit rester une priorité. Dans la résolution Tout est lié, votée en 2020 à l’AG, nous réaffirmons d’ailleurs : Pour leur intérêt pédagogique majeur, les activités telles que (…) les projets de solidarités internationales (…) sont conservés. La proposition actuelle met les compagnons face à un choix cornélien. Les générations précédentes, qui savent d’ailleurs tout ce qu’elles doivent à leurs voyages et à leurs découvertes, font porter sur les épaules des compagnons une responsabilité qui n’est pas la leur. Le scoutisme est une éducation à la responsabilité. Il faudra bien s’attaquer à ce sujet mais l’interdiction n’est pas une piste de travail.

Et la méthode scoute alors ?

Une proposition pédagogique est le fruit d’une part, de l’analyse des besoins de la société et des jeunes, et de l’autre part de la méthode scoute. La méthode scoute ne change pas. La société, elle, a changé. À partir du projet éducatif du mouvement, de la méthode scoute et des besoins éducatifs de notre société, nous allons, ensemble, écrire une nouvelle proposition pédagogique. Les compagnons sont une branche du mouvement, la méthode scoute et notre projet éducatif bien sûr la charpente de cette nouvelle proposition.

Pourquoi commencer par le cadre symbolique ?

Aujourd’hui, ce qui fait rêver, ce qui symbolise les compagnons, est ambivalent. Les compagnons sont réduits à un voyage à l’étranger, encore trop souvent appelé « voyage humanitaire ». C’est à la fois un rêve très fort mais piégé. De plus, les compagnons, c’est beaucoup plus que ça. Nous avons fait le choix de commencer par inventer le nouveau récit, la nouvelle dynamique, d’écrire ce qui donnera envie à des milliers de jeunes, et pas seulement celles et ceux qui sont scouts ou guides depuis des années, de devenir compagnons. En inventant ensemble cette année le cadre symbolique, nous permettrons de lancer la dynamique qui nous permettra ensuite de décliner l’ensemble de la méthode scoute.