Guerre en Ukraine : quelle suite ?

Nous avons tous et toutes entendu parler de la guerre en Ukraine. Aujourd’hui se pose la question de notre action en tant que SGDF : comment en parler ? Comment collecter des dons ou du matériel ? Comment accueillir dans nos unités ? Cette FAQ a pour objectif de vous donner les premiers éléments de réponse, et pourra être amenée à évoluer dans les prochaines semaines.

Comment accompagner les maîtrises pour répondre aux questions des Jeunes ?

Une newsletter a été envoyée par les SGDF, regroupant plusieurs ressources à destination des éducateurs et éducatrices pour aborder le sujet de la guerre en Ukraine et soulever le sujet des « fake news ». Il n’est pas question d’imposer le sujet mais de laisser une porte ouverte aux discussions si les jeunes le veulent, et de soutenir les maitrises dans les réponses qu’elles pourraient apporter. Dans cette newsletter, il y a également un lien vers une liste de ressources médias sur le conflit en Ukraine.

Est-ce que les camps internationaux dans la région sont annulés ?

Pour des raisons sécuritaires, il a été demandé aux équipes et unités qui avaient prévu des camps en Moldavie et Géorgie d’annuler ou reporter leur projet.

Concernant les autres camps et projets dans la région (notamment en Roumanie et Pologne, pays frontaliers de l’Ukraine), il est encore trop tôt pour prendre une décision dans un sens ou dans l’autre. Le Département International recommande donc aux équipes et aux maitrises d’ouvrir la discussion sur le sujet avec toutes les parties prenantes du projet (jeunes, maîtrises, accompagnateurs et accompagnatrices pédagogiques, responsables de groupes, parents) afin de permettre à chacun et chacune d’exprimer ses questions et craintes. Chacun et chacune doit pouvoir prendre part à la décision finale.

Il est également important de prendre en compte la réalité de nos partenaires sur place : leur priorité aujourd’hui est de répondre à l’urgence. Il n’est donc pas étonnant que les réponses de leur part prennent plus de temps, et qu’ils ne soient pas encore en capacité d’identifier concrètement les besoins pour cet été. Le Département International reviendra vers les équipes et unités concernées lorsque cela sera précisé. Si le choix est fait de reporter ou annuler le projet, merci de l’indiquer dans Mon Projet et de notifier le CMPP (pays@sgdf.fr).

Des familles et des adhérents et adhérentes de mon groupe souhaitent faire un don pour soutenir l’action des scouts et guides sur place. Est-ce qu’il y a un appel à dons organisé par les SGDF ?

Un appel à dons a été lancé par la Fédération du Scoutisme Français afin de centraliser les dons pour les associations de scoutisme et de guidisme en Ukraine et dans les pays frontaliers. L’intégralité de cet appel à dons sera reversée aux plateformes de dons de l’OMMS (Organisation Mondiale du Mouvement Scout) et de l’AMGE (Association Mondiale des Guides et des Eclaireuses) qui gèrent la répartition des dons en fonction des besoins.

Les groupes et territoires peuvent également directement contribuer sur les plateformes OMMS et AMGE, mais il est à noter qu’il n’existe pas via ces 2 plateformes de mécanismes de déduction fiscale.

Mon groupe veut organiser une collecte de matériel. Comment ça se passe ?

En tant que mouvement d’éducation, les SGDF n’ont pas pour mission d’organiser et d’acheminer des collectes de matériels. De plus, nos partenaires scoutes et guides sur place ne sont pas toujours en capacité de gérer la réception du matériel. Il est pourtant possible pour les groupes d’organiser des collectes de ce type ! Cela doit être fait en lien avec un partenaire fiable, dont c’est le métier. Nous recommandons aux groupes qui souhaitent organiser des collectes de se rapprocher de leurs mairies et/ou des antennes locales de la Protection Civile en amont de la collecte, qui ont la capacité de fournir la liste du matériel nécessaire et de gérer l’acheminement du matériel dans la région.

D’autres partenariats sont possibles avec des associations et organisations fiables et qui travaillent directement en lien avec leurs antennes régionales et nationales en Ukraine et dans les pays frontaliers : le Secours Catholique, les Banques alimentaires, Médecins sans Frontières, la Croix Rouge…

Cela peut également prendre du temps ou de l’énergie, surtout si on souhaite s’investir dans la durée. Pour limiter la charge et l’impact sur l’équipe de groupe et les maîtrises, c’est l’occasion de mobiliser le réseau IMPEESA de son groupe. S’il n’existe pas encore, cela peut être l’occasion de le structurer, si la dimension “Service” est un facteur de mobilisation des parents, amis ou anciens du groupe.

Est-ce que les SGDF ont des partenaires identifiés pour permettre à nos adhérents et adhérentes de s’impliquer concrètement ?

Des échanges sont actuellement en cours avec nos ministères de tutelle ainsi que des organisations de la société civile afin d’apporter une réponse coordonnée aux effets de la guerre. Plusieurs initiatives sont en cours de définition, et vous seront communiquées dans les prochaines newsletters internes.

Concernant l’accueil des familles réfugiées, est-ce qu’il existe une directive des SGDF ou une procédure type ?

Comme pour la question de la collecte de matériel, nous sommes avant tout un mouvement d’éducation, et n’avons pas la compétence métier pour organiser nous-même l’accueil des réfugiés. Nous vous recommandons donc de vous tourner vers des associations et organismes dont c’est le métier. Contacter vos mairies est une première étape. Des propositions peuvent également être faites en mobilisant les locaux disponibles dans votre groupe ou territoire, s’ils sont adaptés.

Je suis destinataire de demandes de services de l’Etat afin de mettre nos locaux à disposition pour l’accueil de réfugiés ukrainiens, que dois-je faire ?

Il est tout à fait possible de mettre temporairement les locaux à disposition. Cependant, il est rappelé que lorsque que ces derniers sont utilisés pour de l’hébergement cela doit se faire dans de bonnes conditions. Notamment il convient de s’assurer que la commission de sécurité est bien à jour et que vos locaux sont bien assurés auprès des SGDF.

Si vous êtes contactés afin de mettre à disposition le local de votre groupe, ou une base de votre territoire, merci de faire remonter directement cette information à votre centre de ressources. Plusieurs éléments doivent être discutés avant de pouvoir s’engager dans une démarche de ce type (lien avec un partenaire spécialisés dans l’accueil des réfugiés, durée de l’accueil, s conventions avec les services de l’Etat).

Pour accueillir des jeunes réfugiés dans mon unité, quelles sont les démarches à suivre ? Et pour des chefs et cheftaines ?

L’action de notre association s’inscrit dans le long terme. A ce titre, les groupes pourront être amenés (comme ils le sont déjà) à souhaiter accueillir au sein des unités des jeunes ou des chefs et cheftaines réfugiés pour plusieurs mois, l’année ou pour le camp.

Cela doit se faire dans le cadre de la réglementation française autour des accueils collectifs de mineurs. Dans ce cadre, les jeunes et adultes accueillis doivent être adhérents SGDF (qu’ils aient des papiers ou non). Le statut invité existe également pour des accueils plus ponctuels. Si vous avez plus de questions à ce sujet, vous pouvez vous rapprocher de vos soutiens territoriaux.