Inoubliable mini-camp d’hiver

Tout début janvier, ils sont près d’une centaine de jeunes de tous âges à vivre un mini camp de quatre jours et trois nuits. Ambiance garantie ! Du soleil dans la tête et les pieds dans la boue, ces quatre jours permettent à des jeunes sans chef, des chefs sans jeunes et des chefs avec leurs jeunes de vivre de grands moments de scoutisme. Pari gagné pour ce mini-camp territorial qui donne envie à tous de créer une tradition de camper ainsi en hiver, pour plus qu’un simple week-end.  

Inoubliable, fantastique, formidable, incroyable : les témoignages des parents au retour de leurs enfants en disent long. Et certains d’ajouter «toutes nos appréhensions ont été balayées par les bouilles radieuses des enfants sur les photos ! ». Une équipe de chefs au top, des occupations soigneusement préparées, des pros de l’animation qui savent improviser à tout moment, des bons repas cuisinés ensemble forment le combo gagnant. Peu importe alors la météo ; on s’adapte en permanence selon le temps, il suffit d’être bien équipé.

Une préparation minutieuse indispensable

Bien préparer et se préparer permettent d’assurer la bonne humeur et la participation de tous. Il y a d’abord l’équipement de chacun : pas question de partir comme pour un camp d’été ; les chefs ont fourni à chacun la liste du matériel à avoir : très important de respecter à la lettre ces consignes pour ne pas avoir froid.

Côté encadrement une préparation minutieuse est aussi de mise, pour varier les occupations, avoir des jeux adaptés pour tous les âges, faire du scoutisme tous ensemble… La recette préconisée est de préparer si possible ce type de camp… avant l’été ! car les mois de la rentrée sont toujours très chargés en activités scoutes et personnelles, expliquent les responsables.

Astuces pour être bien

Autre conseil : porter une attention attentive au lieu ; en effet pouvoir se mettre en groupe à l’abri de la pluie voire de la neige, bénéficier d’un accès à des sanitaires en dur, pouvoir prendre une douche chaude garantissent aussi le bien-être de tous et de chacun. Des tentes plantées sur un lit de carton, et mieux encore de paille, pour l’isolation et le confort ; une isolation renforcée par des cartons ou une couverture de survie ensuite sous chaque tapis de sol individuel. Après une grande journée en extérieur, changer de vêtements en enfilant un pyjama chaud pas trop ajusté, des chaussettes qui ne serrent pas trop le mollet, se coiffer d’un bonnet garantissent un bon sommeil réparateur. Sauf si les langues sont trop déliées sous la tente !

Être en mouvement

Bouger, courir, danser, bref être en mouvement évite la sensation de froid. Ainsi le classique temps calme post déjeuner se transforme par exemple en un joyeux foot (sous la pluie) ; les rassemblements se déroulent en chansons, permettant de revoir ainsi tout le répertoire scout mais en y ajoutant des chorégraphies pour ne pas rester immobile… Les jeunes apprécient aussi pleinement les grands classiques : jeu de piste en forêt, chasse au trésor…

Sans oublier la douillette veillée autour du feu qui ne se prolonge guère, chacun ayant plaisir à retrouver son duvet après une grande journée de plein air, moins habituelle en cette saison.

Ca passe trop vite

L’enthousiasme des jeunes participants est palpable à tout moment ; « on va dire à ceux qui ne sont pas venus qu’ils ont raté un truc super ! ; il y a une super ambiance et les chefs font hyper attention à nous » ; ou encore « les chefs ont fait une préparation incroyable, organisé des équipes, donné des couleurs et c’est hyper varié« . « Ça passe trop vite ! » entend-on ici et là, par des louveteaux jeannettes, des scouts guides et des pionniers-caravelles » Le mélange des âges passe bien ; certains des plus grands sont stupéfaits par la présence des plus jeunes « orange » qui se donnent à fond. Des pionniers-caravelles présents expliquent qu’ils ont appris à camper en hiver lors d’un précédent Point rouge ; ils sont heureux de pouvoir ainsi partager avec des plus jeunes ce qu’ils ont retenu. Et tous de dire : « on s’est boostés entre copains pour venir et on ne regrette pas du tout ! »

Donner de son temps pour des plus jeunes motive pleinement l’ensemble des chefs qui sont venus. Si certains appréhendaient un peu le fait de faire camper des jeunes ainsi en plein hiver, les avis sont unanimes ensuite : « je me suis motivé pour venir mais je le referai sans hésiter »

Un dernier mot qui revient aux parents : « Un camp en hiver ? un sacré challenge et quelle meilleure façon de démarrer l’année ! »